lundi 25 décembre 2017

Un peu d'Histoire.
Pour souligner l'ancienneté de notre engagement sur la zone du Blau.
Après l'opération pompage de 1985, qui était plus collective et dans le cadre du CDS 11, c'est le CLUB qui c'est remis à la tache...:
Travaux à la faille "parkinson" du trou du vent du Blau:
- 30/05/1990
- 31/05/1990
- 1/06/1990
- 5/06/1990
- 12/06/1990
Et enfin 30/06/1990.
Et je ne résiste pas au plaisir de copier intégralement le CR de cette dernière sortie, qui a été décisive comme vous pourrez le voir:
- Samedi 30 juin, Dimanche 1 et Lundi 2 Juillet 1990: Sorties au Trou du vent du Blau avec Thierry Bonnel, Laurent Hermand et Christophe Bataillé.
Montée depuis Limoux avec Thierry et Christophe qui ont dormi à Limoux.La voiture chargée à bloc (une 4L!), a du mal à avancer et tangue dans les tournants...Dépôt de matériel dans une grange à l'Escale. Passage chez Albert Hernandez à Bélesta qui nous prête la perceuse sur groupe du Plantaurel.L'on n'arrive qu'à 10h au trou ou Laurent commençait à poiroter...Je reste au groupe (électrogène...) et les autres rentrent vers les 12h. En me baladant sur un sentier balisé au nord du trou je "trouve" deux trous souffleurs sur le talus du sentier (les Chandelier N°1 et N°2 actuels!). L'un d'eux fait un bruit de turbine (certainement l'air sous pression). Je descend au Blau vers les 14H. il y a beaucoup d'air à l'entrée. Les autres viennent tout juste de percer deux trous. Avec la mèche fine que l'on peut adapter sur cette perceuse, les trous sont vîtes faits. Seulement l'accès est maintenant très mal commode tout au fond. Les trous sont bourrés en technique micro-charges directes, et le tir ne veux pas partir.Ce n'est qu'après plusieurs aller-retour que l'on arrive à faire péter un seul trou. Il faut faire un nouveau tir dans un coude, mais cette fois ci en placage. L'air est littéralement frigorifiant. J'arrive à franchir une étroiture sévère en coude vers la droite. En me relevant je me trouve alors à hauteur du fameux "méandre" que les autres avaient cru apercevoir. N'étant toujours pas convaincus de la commodité de la frontale pour fouiller dans des boyaux étroits, ils avaient été abusés!...Ce "méandre" n'est qu'une fracture remplie de blocs, partant à la perpendiculaire de la faille d'accès. L'entassement de blocs donne l'impression que l'on pourrais ce trouver au bas d'une salle, mais rien n'est visible. Dessous la banquette ou sont posés les blocs, un étroit laminoir laisse voir un espace sur quelques mètres. Pour pouvoir continuer il faudra désormais prendre plus grand tout le chemin qui y mène au bout. Ici il n'y a aucune place pour stoker. Décidément le trou du vent ce défend bien. 8M de première dans la journée. Plus de 15m ouvert depuis le 30/05. Les autres sont un peu dépité et ne vont même pas voir!...Sortie vers les 19H. Coups d'oeil aux trous souffleurs du sentier. Ils semblent en fait assez loin du trou du vent et pourraient donner sur un amont (et comment donc, peut t'on dire maintenant!!!). Descente dans la voiture de Laurent à la Roque de Fa ou il y a la fête. A quatre dans ce tas de ferraille c'est assez épique!....l'on couche dans un pré à l'ouest du village.
- Dimanche: arrivée en milieu de journée à l'Escale. La flemme étant au rendez vous chez nos fêtards, l'on ne vas pas déséquiper le trou du vent, comme il serais judicieux, mais l'on monte aux trous souffleurs près du sentier balisé. Je commence à piqueter celui le plus haut (l'actuelle entrée du réseau..), mais la terre compactée donne sur du rocher en place. Dans celui de l'aval, j'y agrandis le boyau d'accès. Après un coude vers la gauche, une salle basse butte sur une sorte de trémie. Au milieu, une lucarne laisse voir deux espaces assez étroits. Rien n'est évident, mais un très bon courant d'air est plus qu'encourageant...Les autres avachis au soleil....ne lèvent pas le petit doigt!....Départ assez tôt et retour à la Roque de Fa après une discutions à bâton rompu...Je prend cette fois ci la 4L. Coup d'oeil à la résurgence de Montjoi qui coule bien. Coup d'oeil à l'entrée du réseau de Vignevielle. Cet exutoire à une allure impressionnante. Le siphon est très bas et l'eau à libéré la faille soufflante au dessus. Bien qu'à ce jour pas ventilée, elle est désormais attaquable. Cette première partie est vraiment magnifique et laisse pésager un réseau d'attaque (c'était ma première descente dans l'Event de la cascade). Le soir à la Roque de Fa la fête est plus calme, et il y a moins de cas d'éthylisme!
- Lundi: Départ de la Roque de Fa plus tôt que la veille. Passage à l'entrée du Buffo Galino à Bouisse. L'on n'y sent pas le moindre soupçon d'air....Arrivée en milieu de journée à l'Escale. rentrée dans le trou du vent à 13H. Déséquipement complet du trou: l'on remonte nécessaire de désobstruction, lignes et cordes. Pour un temps le trou vas retrouver sont calme millénaire. Au trou souffleur du sentier le plus en amont, Thierry fait un placage monstre pour utiliser de la vielle gomme. Le pet est des plus retentissant, mais ne fait pas beaucoup avancer! Le bruit de turbine est toujours là....Laurent descend et laisse Christophe à Couiza. Montée à Bélesta avec Thierry rendre la perfo à maître Albert. Il nous apprend que maintenant le trou du Pinet à Comus fait - 400....L'on rembarque Christophe à Couiza, et je raccompagne les deux jeunes à Trèbes. Repas chez Thierry et retour à Limoux.

Ce n'était que le début de l'aventure que nous sommes en train de vivre.....27 ans plus tard....

Extrait de mon cahier de Compte Rendus N°2.


9 commentaires:

Thierry Bonnel a dit…

C'est la que les comptes rendus prennent toutes leurs importances de tous les petits détails qui s'effacent de notre mémoire petit à petit...
Que de souvenirs!

F4GHW a dit…

"souvenirs, souvenirs"

Henri m'a toujours impressionné par ses comptes-rendus qu'il faisait avec la plus grande minutie après chaque sortie. Et ce en soirée, bien souvent dans des conditions sommaires où nous nous trouvions...
Moi j'étais un "suiveur", et donc je ne faisais pas de CR (un peu comme un journal de bord), mais en voici la démonstration de l'utilité...

Et ce secteur Nord du Blau est totalement "frigorifiant"... Dans ce calcaire très sombre marbré...

riton a dit…

Beug général...je recommence!
Merci pour vos commentaires.
Christophe j'en suis à mon neuvième cahier de CR depuis Octobre 1973.
De 250 pages chacun et écrit petit!

laurent a dit…

1990 était un grand cru... et on était déjà aux prises avec les mêmes "monstres" qui font toujours parler d'eux aujourd'hui...
Malgré l'échec de Parkinson on avait effleuré le Chandelier (à l'époque on s'était dit qu'il devait y avoir beaucoup de boulot, bon, plus de 800 heures, ce n'était pas totalement faux !).
Les semaines qui suivirent le CR d'Henri on ouvrait le tunnel de 20m shuntant le siphon de Vignevieille, et on découvrait 3km de galeries dans la foulée.
27 ans plus tard, le fantôme du surintendant nous a donné notre deuxième chance au Chandelier, sacrée histoire...

F4GHW a dit…

Je crois que malgré le temps, passé inexorablement, si nous sommes tous encore là, sur ce blog ou sousterre, c'est que peut-être alors...

C'est pour " l'émotion "

Toujours intacte....au sens du terme.
Pour "l'honneur", je n'y crois pas, avec plus de 800h de travail et d'acharnement, de même que l'on peut dire:

" La gloire est le deuil éclatant du bonheur "

Bref, bonne fin d'année sur ces sages pensées...

Etienne a dit…

Petit CR qui passe dans les activités du club de Caussade :

22/12/2017 Coume Ouarnède TPST 6 h Philippe, Sylvestre, Etienne.
Entrée très fortement ventilée. 2 puits et méandres étroits avant d'arriver dans le secteur qui nous intéresse. Nous descendons revoir le terminus au fond d'un troisième puits. Un P72 arrosé au fond duquel un méandre étroit défend une suite légèrement ventilée. Mais où est le reste du courant d'air ? Sylvestre, fin connaisseur du massif, m'invite à faire un pendule au milieu du P72 pour voir plus en détail un palier. Bingo : - ''Venez les gars'' -''quoi venez'' -''venez je vous dis''... Un petit bout de galerie, un magnifique P20, un méandre, un autre P20, une petite salle avec un autre puits qui arrive en plafond, en aval un petit bout de méandre et arrêt en haut d'un P15 car nous n'avons plus de corde... D'après la topo en bas du puits soit on jonctionne avec un beau fossile déjà connu soit on part pour -400 dans l'inconnu ! Affaire à suivre...

23/12/2017 Coume TPST : 6h Sylvestre, Etienne
2 ème sortie photo pour compléter la couverture du réseau en vue d'une publication. Cette fois dans l'amont du gouffre Raymonde...

https://www.dropbox.com/sh/8c1i4qtb5lmjsve/AAD1dwyRyct9Rer2bgbIPmI8a?dl=0

riton a dit…

Il n'arréte pas cet Etienne!
Le pendule, un cas classique dans les réseaux de puits...

F4GHW a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
F4GHW a dit…

Merci pour ces très beaux clichés du gouffre Raymonde que je n'ai jamais eu l'occasion de visiter...Hélas.
Avec Henri j'avais visité le gouffre Mile, ....(fantastique et superbe)...puis 2 grandes autres grandes classiques en interclubs..plusieurs fois d'ailleurs.
Alors y faire de la première, là c'est plus que prestigieux!
Ceci dit, Arbas et ces montagnes est un peu le pays de mon enfance à quelques dizaines de km à vol d'oiseau..
Merci pour le clin d'oeil!