dimanche 29 janvier 2017

Dimanche 29 Janvier 2017: Séance shadoks.....sans les gibi....
Ceux qui ont un peu de bouteille et connu les années 70....comprendrons!
Au vue des faibles intempéries de ces derniers jours, j'ai l'idée en même temps que Jean Luc de redescendre dans le trou des feuilles.Il viens avec Julie. Changement frisquet devant le Blau. Puis en bas du deuxième ressaut, il faut bien ce rendre à l'évidence: le niveau n'à pas vraiment baissé depuis la visite solo de Jean Luc. Mais qu'à cela ne tienne, nous avons plus d'un tour dans notre kit, et à l'image des farfelus et inventifs shadoks nous trouvons une solution. Construction d'une micro-piscine ( plus petite que celle de la Pleine Lune!), avec une bâche très costaud amené par Jean Luc, des cailloux et de la boue. Puis notre entreprenant président, ce met dans l'humide ( pour ne pas dire qu'il ce met à l'eau!), et avec d'abord une petite pompe manuelle à fioul, puis une écope avec un bidon de "soupline"( là l'on est de nouveaux dans les années 70!), il remplis un gros bidon fermé que je tracte à la corde. L'étanchéité de notre installation doit être de temps en temps affinée, mais tout ce passe bien, et une quinzaines de bidons plus tard, le passage est tout à fait fréquentable. Tout de suite, l'on constate avec une grande satisfaction que le deuxième laminoir-tranchée ne c'est pas mis en eaux! Toutes les perspectives s'ouvrent de nouveaux pour nous!....Après le casse croûte, l'on s'offre une balade plaisir jusqu'au laminoir concrétionné. Puis Jean Luc viens voir le départ de puits à gauche. Début d'ouverture. Dessous une large verticale estimée à 15m. Mais j'ai la confirmation à ce jour que la suite est bien dans le réseau principal: une bien meilleure aspiration qu'il y a trois semaine, est sensible dans de nombreux passages! Gratouillage de confort à la sortie du deuxième laminoir, et dans la sortie du laminoir concrétionné. Nous n'irons pas plus loin aujourd'hui, mais notre mission est plus que réussie. Moyennant une remontée de la voûte du premier laminoir, le trou devrait être fréquentable même après des intempéries. A confirmer quand même. Jean Luc, toujours aussi perfectionniste, bâtis des buttée de canalisation dans la grande salle. Et l'on ressort le bazar inutile, nottament un long tuyau que l'on avait fait suivre. Les explos peuvent ce poursuivre!
Un Shadok... d'en bas...
TPST:6H45.

samedi 28 janvier 2017

crue de la cesse

samedi 28 janvier 2017
participants : dominique

petite balade vers les amonts de la cesse,après la crue de cette nuit.
debit de crue et cascade de partout ,on imagine pas trop ça quand on y passe l été
on est 10h après le pic de crue


                                         le pont naturel de minerve


                                                        le ravin du coupiat


                                                           l embouchure du coupiat et de la cesse
Info de dernière minute:
Demain, tentative d'explo-aménagements au trou des feuilles à l'Escale. L'on ne c'est décidé avant, car l'on attendait la stabilisation de la météo.....
Au programme: aménagements confort et autant que faire ce peux anti-gadoue des tranchées entre les salles. Pose d'une main courante dans le passage surcreusé. Désob. au fond, si le tremps....
RDV:10H au parking. Si intéressé et pour covoiturage, me contacter.
 

vendredi 27 janvier 2017

Un replis stratégique s'impose dans nos objectifs.

Vue les circonstances, la saison et les motivations, je pense que notre cher Cabardés vas revenir à l'ordre du jours....
Propositions de sorties:
- Continuation désob. 2D (Daniel si tu me lis, essaye de programmer)
- Topo du T21 (une revenant!) et désob. au fond. Jean Marc est intéressé.
- Affluent amont Cabrespine, essayer de continuer à progresser....
Quelques idées, pour étre au chaud et au sec!
 

jeudi 26 janvier 2017

[VIDEO] Mounégou : kits en double

Dernière vidéo sur le camp de cet été. Sortie physique au gouffre du Mounégou, afin de remonter un maximum de matériel depuis le fond de la cavité.

mercredi 25 janvier 2017

Mercredi 25 Janvier 2017 le matin: Tacot...suite et fin.
Ouverture solo et musclée dans des positions infernales la tête en avant, de l'entrée trouvée le 21.
Après 3 heures d'efforts, arrivée dans.....une faille techtonique....tapissée d'araignée et évidement parallèle au flanc. Je m'y attentait un peu. Le gros du sef conséquent de l'entrée proviens de 3m au dessus du terminus....d'une fente minuscule remplie de blocs....10m de première. Et fin des recherches sur la zone, cette rive droite en aval de l'ancienne carrière étant bien trop dolomitique...
A l'occasion d'un éventuel épisode de froid, je concentrerait mes efforts dans les gorges de Lavalette proprement dite. Si le niveau d'eau souterrain n'a pas évolué, ça peut être payant.
TPST+TPES:3H. Marquage des deux entrées.

lundi 23 janvier 2017

Mais il a les yeux....du Diable de Rennes le Chateaux!!!!!
Dimanche 22 Janvier 2017: Embuc.
Une belle sortie CLUB, que nous continuons toujours chaque Mois....malgré le peu de retour de nos propositions de sorties...
Avec la belle équipe: Jean Luc et Julie, Pierre, Jean Marc, Seb et Elo.
Descente vers les 10H20, par un temps de merde, et nous sortirons....avec un temps de merde...
Contemplation
Mais l'on s'en fout, puisque dans le bel Embuc, l'on est au chaud et au sec...Repositionnement des connecteurs pour amarrer la corde déjà en place. Puis progression tranquille, comme chaque fois ici. Très occupé par la contemplation et l'admiration du foisonnement concrétionné....Casse croûte au Sud des "petits baigneurs". Puis réseau de -38 et "salle de la craquette"; Ceux qui ont peu vue jusqu'à présent des aragonites "coraloides", sont servis!Traversée des petits baigneurs....sans chute dans l'eau! Puis le sportif réseau Nord. De mon avis personnel, le plus beaux du trou. Pose d'une corde à demeure dans le premier toboggan glissant. Quelques mètres dans le "réseau des loirs". Qui les coquins, ont bien grignoté le fil d'ariane bien utile dans ce dédale. Ici l' accumulations des sédiments est impressionnante. L'on équipe aussi à demeure une belle verticale. Suivis d'une autre, ou l'on ne laisse pas la corde. Et enfin d'un dernier ressaut bien exposé, ou j'améliore l'équipement avec un spit.Corde laissée à demeure. Donc pour ceux qui vont nous suivre, penser à prendre une corde supplémentaire (15m). Il y aura une brave séance de relookage de tout ça avec: réparation du fil d'ariane, et équipement définitifs des ressauts et mains courantes. La boucle achevée, et comme il est déjà tard, remontée sans tarder dans l'étroit "embuc"(l'entonnoir pour gaver les oies en occitant). Félicitation à Jean Marc, qui malgré son gabarit, passe remarquablement bien l'obstacle. Puits laissé équipé. La pluie et le froid nous acceuille dehors. TPST:7H30.Pot convivial au bistrot de Villeneuve. Avec une peu le coeur serré de savoir le départ éminent de Seb et Elo pour.....la Californie.....

samedi 21 janvier 2017

Samedi 21 Janvier 2017 l'après-midi: Et un de plus!!!
Retour solo dans Lavalette au dessus d'Alet. Pour revoir le V40 (trou du tacot), qui souffle encore plus qu'honnêtement, malgré un fort redoux. Montée plus dans la vallée: passage à un porche rive droite pas vue depuis....1974, ou j'y avait fait ma première escalade souterraine. Et rive gauche à la recherche d'un méandre que j'ai eu vue aspirant par temps froid. Le bartas à tellement poussé que je ne l'ai pas retrouvé. remonté à la voiture par le V40, et bien m'en a pris d'aller fureter autour....: 15m à l'Est dans une matte de Laurier thin.....un beaux porche bas.....soufflant à bête!!!Le V41. Avancée de 2m, et arrêt sur un cahot facile à creuser, avec du noir devant....en direction du massif!Donc, pas de tube à vent entre les deux trous.....et ça à l'air de devenir sérieux cette affaire!De plus dans ce V41, belles formes de creusement par l'eau sur la voûte!Affaire à suivre. TPES:3H.

vendredi 20 janvier 2017

ça siphonne....
Immersion
Il faut il y aller!
Vendredi 20 Janvier 2017 le matin: L'on est le vingt....mais ça n'a pas été totalement....vain!
Préparatifs
Retour sur zone ce matin avec Laurent, toujours motivé quand il y a du nouveaux, même loin de son cher Mouthoumet....Il ce met à l'eau au Dourgas, et même avec son épaisse néo, j'admire sa motivation. Le bout du lac, malgré la forte baisse de niveaux....siphonne bel et bien! Nous en concluons que la toujours forte aspiration de l'entrée doit être un bête phénomène de tube à vent avec la tranchée bétonnée en amont de la résurgence. Le temps a démantelé le béton, et le substrat sous jasent constitué d'éboulis doit être totalement perméable aux ventilations!Un beau rêve qui s'envole?J'irais quand même confirmer dés que possible avec quelque chose qui fait beaucoup de fumée, et pister en surface. Laurent confirme.....que l'eau est très froide!Montée au deuxième trou, rive droite, 300m plus à l'ouest, batisé: trou du tacot, à cause d'une carcasse de voiture des années 40, bloquée entre les arbres un peu en amont. Pas de réelle progression, malgré un peu d'ouverture, mais une conclusion positive: très bon souffle chaud, alentours immédiats très colmatés, et surtout aperçus sur une belle forme de creusement en plafond 2m devant. Affaire en cours. J'ai maintenant mon trou souffleur à domicile ou presque!TPST+TPES:3H.
Jeudi 19 Janvier 2017: Du nouveaux et du lourd.....
A l'horizontale la fumée!!!!
Sur le "massif de Missègre", et au plus en aval.
Trou rive droite
Pour mettre à profit: la sécheresse et le froid réunis, après midi, à 20mn de chez moi.
Le boyau aspirant...
Descente, manière, dans la résurgence dite du Dourgas, exutoire principal de l'énorme massif, qui s'étant jusqu'à l'Est de Villardebelle. Je m'attendait à le trouver bien sec, au vue du débit que j'observai presque quotidiennement sous le pont en amont du village....mais dés l'entrée, j'y sent une fraîcheur inhabituelle....Confirmation à la fumée, qu'une très forte aspiration s'y engouffre!Niveau du siphon, estimé à au moins 2m en dessous de l'étiage habituel....et...et..... coté gauche de la première salle, un boyau, non signalé sur la topo de Guillaume, notre plongeur, et qui.....aspire sacrément!Retour en quatrième vitesse à la maison, tout en prenant soin de baliser mon accès depuis le "tas de chaux"sur la route de St Salvayre. Puis éreintant travail de décaissage, me permettant de voir que ce conduit nord-nord Est (à l'opposé de la direction du siphon), remonte légèrement. Mais ça ne passe pas encore.Avec le froid revenu, l'entrée aspire avec une intensité proche des plus gros trous souffleurs du département! Nécessairement quelque chose a dus ce désamorcer quelque part.....et qui laisserait penser que cet aval du réseau n'est pas si noyé que ça!!!!Une date historique sur le massif!
Etiage maximum
Au retour, je ne trouve plus mes balises, me perd.....et bien m'en prend, puisque je tombe nez à nez avec.....un trou dans la dolomie ocre.....qui souffle un air chaud de folie!!!!A environ 250m à l'Ouest du Dourgas et sur l'autre rive (droite). Certainement encore autre chose. Je pense l'accès à un drain fossile plus au Nord, dont je soupçonnait l'existence depuis longtemps, notamment à cause de la présence d'une grosse galerie perchée dans l'ancienne carrière de dolomie. Excité au delà du raisonnable, je profite de la magie du portable....pour appeler Laurent. Cette année, ça fera quand même 40 ans que recherche un réseau digne de ce nom sur ce massif alétois!Début de décaissement jusque vers 18H. Mais il faudra d'autres moyens....Affaire en cours. TPST+TPES: 3H.

mercredi 18 janvier 2017

sauvetage canin en Montagne Noire


Sauvetage Iska, chienne Fox Terrier
     Lundi, mardi 16 et 17 janvier
          Le plus dur de tous les sauvetages canins que nous avons effectués jusqu’à présent. Nous avons démarré le chantier avec Alain et Bernard, propriétaire du chien, vers 16 h. Le moral était très fluctuant et est passé par toutes les étapes. Le silence de la chienne pendant une paire d’heures nous a fait craindre le pire. Le souvenir du pauvre Tino retrouvé mort dans la galerie voisine l’an passé hantait nos esprits. Ce n’est  qu’après avoir attaqué à l’aveugle et en désespoir de cause une petite galerie que nous avons enfin entendu les aboiements d’Iska. Nous étions à deux doigts d’abandonner le chantier. Vu l’ampleur de la tâche, rodé par les manœuvres spéléo-secours, Alain a alors « activé » les renforts. Dans un premier temps, Pierre et Gilles sont venus vers 20h30 relayer nos forces quelque peu défaillantes. Henri, un petit peu plus tard, vers 22h a fourni un travail considérable. En premier de cordée et en position très inconfortable, il a continué à envoyer les gamates, relayées par le reste du groupe. La fatigue, le froid glacial et le silence de la chienne qui était notre fil conducteur, ont eu raison de notre volonté. Nous avons abandonné de la pauvre petite Iska à son sort vers 2h du matin.   
           Heureusement pour elle, la volonté sans faille d’Alain, Henri et Etienne, revenus le lendemain  ont permis la suite heureuse (et inespérée) que l’on connait. Iska leur doit une fière chandelle et mon seul regret est de ne pas avoir été là à l’instant de la délivrance. C’est un moment toujours très fort et émouvant, qui vous paye de bien des souffrances.
Mercredi 18 janvier 2017
participants : Daniel Mas, Daniel Constans.
TPST : 3h ; / Libellé : 2D

Petite sortie au dessus de Cabrespine par ce temps glacial pour revoir le trou 2D.
Le trou souffle et c'est visible clairement dés l'entrée ou mes lunettes sont embuées.
J'ai l'impression de rentrer dans un sauna, température chaude par contraste avec l'extérieur
Prise de température: avant de descendre la sonde de temperature déjà 11,6 ° au thermomètre qui va monter a 13° pas au fond car le fil de la sonde n'est pas assez long mais a 2 mètres de l'entrée.
Test avec de la fumée de cigarette qui sort très rapidement on s'en doutait.

Ensuite visite d'un autre trou que connaît Daniel Mas.
Mais pas de courant d'air ressenti

Les cavitées du Blau

 Mercredi 17 Janvier 2017
participants : Jean Luc
TPST : 1h
TPEP 2h
Je viens de faire la visite des différents trous du Blau. 
A 15h, température négative,  Le trou du vent aspire fort avec un bruit de turbine et le bouchon est toujours en place. 
Le trou des feuilles aspire lui aussi, en remontant dans l’étroiture je sentais nettement de l’aire frais sur mon visage .La corde n’est plus dans l’eau en effet la première salle est sèche.  Il reste une petite flaque d’eau dans le conduit que nous avons ouvert pour accéder à la salle des Nyphargus, ce serait passable en se mouillant les avant-bras et les genoux,  je pense que l’eau va continué de s’infiltrer.  

Conduit de la salle des Nyphargus
Entrée du conduit














L’entrée des dames est sèche et n’a pas eu de circulation d’eau, de jolies stalactites de glace ornaient l’entrée. Ou fond de la cavité  je sentais de l’air frais sur ma main au plus prés du haut du plafond. 
L’entrée des dames
Le fond de l’entrée des dames




17 h, température très négative, concernant le Chandelier le bouchon était toujours en place et la aussi un petit bruit de turbine était présent, j’ai enlevé le bouchon de paille et descendu au fond du trou pour voir le résultat de la dernière châtaigne, très efficace. 
Il faudra du monde pour sortir les déblais. Surprise le même petit bruit de turbine de l’entrée se fait entendre entre les blocs du fond. La cavité est intacte comme nous l’avions laissé lors de la dernière sortie de désob, aucun éboulement. En sortant j’ai remis en place le bouchon de paille pour favoriser l’aspiration du trou des feuilles qui je pense facilite l’évaporation de l’eau dans les conduits récemment ouverts. 


Le bouchon de paille au Chandelier
L'entree du Chandelier

Séance matinale aux Paichaires

Mercredi 18/01/2017
Trou des Paichaires
Participants : Henri, Laurent
TPST : 3H30

Petite virée ce mercredi histoire d'avancer le chantier du nouveau fond. Le froid est là et nous garantit une aspiration conséquente et appréciable.
La configuration en ogive oblige à adapter la méthode, retour au perçage en 12mm comme au début des années 90.
Première salve vite déblayée en solo, puis Henri me rejoint pour la seconde.
Au total quand même neuf trous en 12 et 400 de long avec un seul accu, pas trop mal pour du marbre extrêmement dur. Arrêt sur autonomie.
La résistance de la roche est forte et ce verrou risque d'être ardu à franchir.
Pour le moment, la visibilité est réduite par un coude à gauche un bon mètre devant, mais le courant d'air est là pour donner de la motivation.

La suite...
Au retour, visite des trous autour de la Caune de Salza pour pistage du courant d'air. Cette zone serait le point d'origine de la branche sud-ouest du réseau de Vignevielle. Il y a de très beaux creusements anciens mais pas de ventilation évidente. Il faudrait tenter une désob bête et méchante dans le colmatage de terre, mais on en a pas vraiment le temps étant donné les objectifs en cours...

Trou sous la Caune

Dans la Caune de Salza

mardi 17 janvier 2017

16 et 17 Janvier 2017: Sauvetage d'Iska à Villanière: que du bonheur.
Retour vers sa maitresse....
Un collègue chasseur de Jean Pierre, ayant sollicité Alain pour récupérer sa chienne Iska disparu dans un trou-trou du coté de Villanière, celui-ci cherche à monter une équipe désob., car la tache s'annonce rude. Voila donc la "section canine" du SCA augmentée de nouveaux participants! Partis le 16, d'Alet à 20H35, j'arrive devant la mairie de Villanière vers les 21H15. Peu de temps après, Bernard le propriétaire du chien, viens avec son 4x4 pour faire la navette jusqu'au trou. perdu sur un flanc d'une petite unité calcaire (du Cambrien?) au Nord du village. J'y retrouve Alain, Pierre, Jean Pierre et Guy, qui depuis le début de l'après-midi, s'acharne à vider un vieux conduit Karstique remplis de terre...Juste à gauche de celui ou l'an passé(?), ils avaient récupéré le corps d'un autre chien de Bernard....Le confinement et la chaleur du trou contraste avec le méchant hiver qui pointe dehors le bout de son nez.Avancé de quelques mètres dans des positions toujours athlétiques. Mais enfin, ça maintient l'entraînement. Puis c'est pour une bonne cause. Dont je n'ai aucun doute depuis le départ qu'elle bien ce terminer. Iska munie d'un collier émetteur (une belle invention), signale plusieurs fois ces déplacements sur le récepteur. Puis ce manifeste aussi un bon moment par des aboiements vigoureux...ce qui redonne du baume au coeur à Bernard. par contre, après avoir franchis un coude très fermé vers la gauche, vue la petitesse de certaines suites potentielle, je reste dubitatif sur la possibilité d'y pénétrer, même pour un petit chien!Après 3H30 d'efforts et de frissons pour ceux qui sont dehors, l'on doit bien ce résoudre à arrêter. Par fatigue, et manque de direction à suivre. Donc arrêt vers les 1H30. L'on n'a pas trop de soucis pour l'animal, qui est bien au chaud sous terre, alors qu'un vent glacé c'est levé.
Creuvés mais contents
Le 17, en fin de matinée, recontact de Alain, et rendez vous est pris à 14H à Villanière. Un véritable contexte de secours, et une bonne révision, juste deux jours après la manoeuvre aux Canalettes!
Que du bonheur!!!
L'équipe d'aujourd'hui: Alain, Moi-même, Etienne, Bernard, Guy (il me semble un autre Guy que la veille??), Orélie la fille de Bernard. Très directement touchée, car c'est son chien adoré...
Expectative.....
L'on atteint assez facilement les poches aperçues la veille après le passage de gauche. Mais toutes sont bouchées! Mais ou est donc cette bête. Comme l'on est loin de Bugarach et du paranormal.... il me souvient que la nuit précédente, l'appareil récepteur avait émis un fort signal au niveau du talus de remplissage à droite de la baïonnette ouverte. Avec son esprit d'analyse habituel, Etienne fait des relevés minutieux de capteurs, et confirme que c'est bien là qu'il faut creuser. Vers les 17H30, contact visuel avec notre petite "victime"et sa petite bouille....Bernard est très ému, et Orélie en tremble d'émotion....Le petit fox, un peu plus familiarisé à nos frontales accepte enfin de nous rejoindre et c'est l'explosion de joie.... Orélie qui fête aujourd'hui même ces 18 ans, aura eu un bien bel anniversaire!!L'hypothèse d'Etienne semble tenir la route: rentrée dans le trou-faille plus à l'Est, Iska à due emprunter un tout petit boyau, ou elle ne pouvait faire demi tour, et jonctionnant presque avec notre trou!Il ne faut pas lui en vouloir, l'on connaît en spéléo de désob. ce que veux dire: "jonctionner presque"!ça signifie souvent....pas jonctionner du tout!!Fin de la "mission" vers 18H. Qui ce conclut par un sympathique apéro au local des chasseurs. Le début d'une collaboration spéléos-chasseurs pour sécuriser des cavités périeuses pour les chiens, et de précieux échanges d'informations.

lundi 16 janvier 2017

Samedi 14 au Dimanche 15 Janvier 2017: Participation solidaire.
A la manoeuvre secour de nos amis et collègues des Pyrénées Orientales à la grotte des petites Canalettes.
Le rustique "village people"
Seuls 6 audois ont répondu à l'appel, et pas hésité de faire le déplacement jusqu'à Villefranche du Conflent. Mais quand c'est pour une bonne cause....Une quarantaines de participants au total.
A droite: Eric Guillem....
Départ pour moi du CODIS Carca vers les 13H30 Samedi, derrière Alain et Pierre, et arrivée vers environ 15h sur place. Là l'on sait que l'on est maintenant (enfin?) en hiver: l'imposant massif du Canigou, montagne sacrée des Catalans, est toutes drapée de son manteau blanc.
Point chaud
Super organisation, comme chez nous, avec la logistique pompier, que nous apprécions plus que jamais, vue les conditions.Jean Luc est venu du piémont pyrénéen avec Viviane de la SSP. " L'honneur" des audois est sauve, et notre présence sera beaucoup appréciée de nos collègues, ainsi que des gradés des services secours. Les combats de chefs, des ego mal placés, et les mesquineries administratives, que j'ai toujours connu, dans et autour du secours (c'est à dire depuis longtemps!), et qui ne concerne pas le spéléo de base, n'ont pas entamé notre motivation...
Travail d'équipe
Engagé vers les 20H en tant que chef de l'équipe 9 avec: Jean Luc, Jean Marc, Céline et....mon homonyme version catalane: Eric Guillem....(avec 2 ll orthographe du Sud du Fenouillède), qui est équipé: du même casque et même frontale que moi!Étonnant non?L'on marche dans la neige fraîche pour atteindre la chaude et belle grotte des petites Canalettes, grotte historique de ce système souterrain pré pyrénéen. Contact rapide avec l'équipe qui reviens de la "salle de la femme nue"(je n'invente rien!), avec Jean Yves Mir en blessé fictif. Excellente ambiance, peut être un peu trop de bavardages, pour je puisse diriger mon équipe, mais c'est connu: plus l'on vas vers le Sud...plus les gens sont bavards!.La charmante Céline prend le relais de Jean Yves dans la civière, et la progression vas bon train malgré d'assez nombreux obstacles, dont des laminoirs ensablés. A la patte d'oie, confection d'un point chaud avec cordelettes et bâches. Puis après com au PC sur généphone,
retrouvailles: à droite: Seb....
pour les instruction, l'on est rapidement rejoint par l'équipe 10, qui nous accompagnera jusqu'à la fin. Une partie de l'équipe du fond ressort. Usage immodéré de la traction corde dans les passages bas, ce qui nous économise les bras. Puis ateliers balancier des trois obstacles verticaux de la zone d'entrée, qui ce déroulent avec fluidité et efficacité, sans qu'à aucun moment Céline ne perde son beau sourire. Sortie vers les 24H par les escaliers de cette ancienne grotte aménagée. Pour finir par un portage, ou l'on ce relaye souvent, car il y a beaucoup de disparité de taille chez les spéléos!La neige a partiellement fondu, mais le froid est là.TPST pour l'équipe9:4H. Le chauffage n'est branché que dans la tente dortoir, mais c'est la convivialité qui est bien plus efficace... et les heures passent comme dans un rêve. Le débreffing ( Papy pour chez nous et Christian pour les PO) juste après le retour de tout le monde, conclut très positivement cette excellente manoeuvre. La collaboration avec les PO doit être absolument poursuivie.
Céline
Levée du camp vers les 9H, Dimanche. Mais c'était le moment, car la tente mess, avec des armatures gonflables, nous était déjà tombé sur la figure....Il y aura des fuites a détecter et réparer! 

mercredi 11 janvier 2017

Trou de Ver suite

En attendant la suite des explos sur le Blau, poursuite des travaux d'ouverture au trou de Ver à temps perdu. L'avantage étant que le trou est situé à 10mn à peine en voiture + 10mn de marche d'approche.

Une séance lundi après midi avec Etienne, où nous pouvons observer en direct la mise en respiration du trou lors de la chute brutale de pression à l'arrivée d'un front froid en fin d'après midi (les pressions sont passées de 1030 à 1015 en quelques heures).
Ensuite deux heures ce mercredi pour vider les remblais avec Alex. Forte aspiration à la réouverture du passage comme le montre la vidéo, pour une amplitude thermique très moyenne de 6°C. L'accélération à la fin est particulièrement forte et avale les cendres du journal.

video
Nous sommes à -4, et il reste environ 2m verticaux à ouvrir pour atteindre le départ de puits.
TPST : 4h+2h

lundi 9 janvier 2017

La première de l'année

Dimanche 8 janvier 2017
Trou des feuilles
Participants : Julie, Jean-Luc, Henri, Elodie, Sébastien
TPST : 9h. 200m de première

Rendez-vous matinal à l'Escale, sous une averse de neige! Direction l'entrée des Feuilles qui aspire nettement. Les bouchons à l'entrée du Blau et du Chandelier y sont sans doute pour quelque chose. Après le premier ressaut et l'étroiture, toute l'équipe se met au travail dans la salle des Niphargus. Julie et Jean-Luc transforment l'étroiture d'accès à la salle en boulevard, Henri, Elodie et moi attaquont au fond, à l'huile de coude et à la piquette. Il y a quatre mètres à calibrer pour atteindre l'élargissement vu à la dernière séance.
Passage "confort"

La fin de l'obstacle est proche, Julie et Jean-Luc nous rejoignent pour donner les derniers coups de piquette... et nous franchissons ensemble le passage. Quelques mètres étroits, puis un élargissement, puis une salle remplie d'escargots...

 Fin ? Non. Un passage étroit -mais pénétrable- et une autre salle chaotique, un puits de quinze mètres, un réseau annexe à droite, un laminoir très étroit à gauche, mais où est parti le zeph dis-donc ? Attends, on a manqué une galerie au tout début, dans l'axe. Ca part de partout...


Eh, revenez, ça continue derrière le laminoir...


Traversée un peu expo d'une grosse galerie avec un surcreusement dans les colmatages, très bon signe.




Et ça continue... Non, étroiture. Non ça passe... Re grosse galerie... Et arrêt sur trémie calcitée, avec un passage ponctuel à agrandir pour passer.


Au retour, inspection du "départ bien dans l'axe". Quelques coups de massette et du noir derrière... Ça sera pour la prochaine fois. Et là question demeure... où est passé le zeph ?

Bilan de l'opération : 200 mètres de première dans des galeries très variées et plusieurs points d'interrogations à poursuivre. Explo, topo, balisage et calibrage... On a du Blau.


La chance sourit à ceux qui creusent.