mercredi 31 août 2016

 Accompagnement club
Cabrespine, les dômes et vieux concrétionné
participants : CUCC : (Cambridge Univercity Caving Club) Stuart, Martin, Oliver, Serana (absent Mark). SCA Julie, Jean-Luc.
TPST :  7 h 30 m  


   Monsieur Mark SHINWEL du Cambridge University  Caving Club (Angleterre ) ayant visiter la grotte il y a 5 ans avec Michel RENDA souhaiter revenir dans la cavité pour faire des photos avec quelques membres de son club.
 Jean-Claude BOURREL est en vacances et n'ayant pas de groupe à accompagner pour la sortie accompagnement Club prévu du 11 septembre 2016 je me suis donc proposé avec Julie pour faire la visite.
Les gobelets
 Le rendez-vous est fixé pour 9 h sur le parking de la grotte aménagée pour ce mardi 30 août. Mark étant malade il  n'est pas venu au rendez-vous mais l'équipe qui l'accompagnait était présente. Ne parlant pas trop le français Julie s'est fait un plaisir de leur expliquer l'historique de la découverte de la cavité et de leur montrer la topo.
Concrétions avant les dômes
Rentrer dans la grotte pour 9 h 50 et nous en sortirons à 17 h 20.  Pendant toute la sortie Julie a pu discuter avec le groupe et répondre à toutes leurs questions.  Etant un groupe homogène et se trouvant au retour pour 16 h devant l'entrée du vieux concrétionné nous décidons d'aller le visiter. 
Nos amis anglais ont bien apprécié cette sortie car leurs cavités en Angleterre ne sont pas concrétionnées. Discussion très animée autour  d'un pot offert par nos visiteurs sur la terrasse du parking de la grotte. Bien entendu Mark va contacter le club pour prendre un autre rendez-vous et pouvoir enfin faire ses photos.


Libellé : Cabrespine Minervois


Vendredi 26 08 16
Le chandelier
Participant : Jean-Luc
TPST : 1h


 Etant remonter au camp du Mounègou pour voir la suite découverte la veille à la stèle et après quelques heures de désobstruction passer dans la nouvelle salle avec Stoche,  Henri et François vers 16 h je pars pour continuer mon programme de la journée au chandelier près de l'escale à Puivert.  Un gros bloc de pierre est fissuré à plusieurs endroits suite à l'ouverture du puits d'entrée du chandelier.  Pour continuer les travaux de désobstruction dans la suite le passage du puits se fait en escalade donc pour sécuriser ce passage j'ai utilisé de la résine en cartouche spécial lieu humide que j'ai injecté dans les fissures du bloc.

 Stoche m’ayant prêté son anémomètre j'en ai profité pour mesurer le débit d'air qui sort du chandelier à 17h la pression étant de 0,9 bars et le trou de sortie faisait un demi- mètre carré nous avions une sortie d'air de 450 litres secondes (pour info à midi à la stèle il y avait 500 litre seconde)  c'est très prometteur au niveau des volumes à découvrir.
 Lors de la sortie du weekend du 11 et 12 septembre au chandelier,  le samedi 11 nous allons boucher la sortie de la cavité du trou du vent du Blau pour voir si l'air communique bien avec le chandelier.  Si celui-ci augmente de volume c'est qu'il y a une connexion avec le réseau sous terre.

 Libellé : Blau
 Massif : Plateau de Sault

mardi 30 août 2016

Camp Mounegou 2016



[CR de Henri, photos de Seb]

Du Lundi 22 Août au Dimanche 28 Août pour moi: 2ème camp Inter Club sur le massif du Mounégou. Toujours peu de participants....mais que des très motivés, ce qui est l'essentiel...11 au total, et tout le long 7....

- Les Samedi 20 et Dimanche 21, François , Jo, Julien et un autre ariégeois se sont installés au camping de la Forge à Ascou, chez notre ami Adrie. Je ne sais pas trop ce qu'ils ont fait... Je crois de la prospection... et le rééquipement du trou de la petite maure.

- Lundi après midi : prospection avec Aza après l'installation au camping. Parcours d'une vallée au Nord Ouest du col de Pailhères. Forte chaleur, malgré l'altitude... Fond du ruisseau de Fount d'Argent, flanc sud du sommet Picaussel (2027m). Dans un bel affleurement bien placé, rive droite du ruisseau de Pailhères, début d'ouverture d'un laminoir terreux servant de gîte à un blaireau. Belle voûte creusée et infime courant d'air soufflant... à la riton... à l'Ouest du point 1871m. Dans la zone PG (pic du Ginesta). Facile à ouvrir. A poursuivre à temps perdu. TPES : 2H.

- Mardi : Jean-Luc nous rejoint au camping à 9H. Il booste un peu tout le monde, qui je crois est un peu assommé par la chaleur, à attaquer les choses sérieuses... Il s'installe au camping pour une nuit. François accompagne Jo à la gare. Avec Julien (Ju) et Jean Luc, brave séance de décaissage dans la faille Nord du trou de la Stèle. Jean-Luc une fois de plus nous montre son grand talent de bâtisseur en construisant une super murette sur le haut de la salle. Les gamates s’enchaînent à un train d'enfer... et tout d'un coup un net souffle s'amorce au travers de petits vides dans le remplissage, juste avant le retour de François. C'est la première fois depuis que j'ai entrepris l'ouverture de cette faille Nord ! François va poser des témoins de dilatations en plâtre sur les blocs menaçants de la salle... TPST : 5H30.

Discussions un peu animées au repas sur les EPI. Ou comment selon moi, des technocrates ont trouvé le moyen de saper la vie associative... Arrivée tardive de Sébastien et Élodie qui reviennent du congrès euro spéléo... en Angleterre...

- Mercredi : Pascal nous rejoint le matin. Pour la deuxième fois, l'on ajourne notre descente au Mounégou pour aller chercher le bardas de l'an passé. Car il faut bien le dire... ça ne réjouit personne. Le grand beau installé pour la semaine n'y contribue pas non plus... Grosse équipe donc pour l'objectif n°1 du camp : le trou de la stèle (alti. : environ 1685m soit 295 en contrebas de l'entrée du Mounégou) : Jean-Luc, François, Seb, Elo, Mickaël qui nous a rejoint, Pascal, Ju. Soit 8 participants. Le trou est toujours aussi froid (5° en moyenne), mais les aller retour fréquents en surface, ou il fait plus de 25° en sous bois... permettent de se ressaisir... Concentré à l'étroite entrée, le courant d'air soufflant est par moment si fort qu'il soulève des feuilles mouillées ! Nouvelle brave séance de ballet de gamates et avancée d'environ 1m50. Avec des perspectives encourageantes. Un courant d'air frigorifiant sort d'une mince fissure à gauche. Et les parois à peu près saines contrastent ici avec l'horrible trémie de l'ancien fond. TPST total de 6H. Départ de Jean Luc et arrivée de Stoche. Soirée conviviale avec à l'animation: Pascal...



- Jeudi : toujours très beaux temps après l'humidité crispante du matin. En chemin l'on croise Laurent qui descendait au camping. Donc, avec Stoche, Pascal, Seb, Elo, Julien, continuation du creusement à la Stèle. L'on a la visite du sympathique Mr Sanche, responsable ONF du secteur (propriétaire de l'entrée du trou), qui nous signale un départ intéressant au Nord de la station de Mijanès. Je lève la topo avec Stoche avec le miraculeux disto X. Ceux qui ont pratiqué la topo à l'ancienne comprendront !

 Mesure à l'anémomètre et au thermomètre du courant d'air à divers endroits. Le rythme des gamates déjà rapide les deux autres fois attend des niveaux... olympiques !
En cours de journée, Ju Jo et François qui a toujours mal au pied,  partent prospecter sous la Lisse d'Embarre plus au Sud-Ouest. Ils reviendront bredouille. Pascal en mettant par mégarde son pieds sur un bloc instable côté droit... ouvre la suite! Comme dans un film! Il n'a jamais fait de première et n'en revient pas!
Rentrée avec prudence dans une descenderie avec des blocs calés impressionnants, jusqu'à une salle de proportions honnêtes. Avec trois sous-tirages, dont l'un qui canalise le gros du souffle.
Mais situé sous un "immeuble" en suspension aléatoire qui fait bien psychoter Laurent. Personne n'osera y descendre aujourd'hui! 20m de belle première environ. Pour moi une journée historique pour le trou. Ou il y a quelques années certains avaient déclarés le trou de la stèle: "trou de la pierre tombale de la première" (voir sur le blog). Notre succès n'en est que plus réjouissant! L'équipe, à part Seb, ne partage pas vraiment mon enthousiasme... TPST total : 6H. Départ de Laurent et Pascal. Coup de fil à Jean-Luc, qui est aussi emballé... Nous pouvons goûter la vodka ramené par Jo...

- Vendredi: Jean-Luc nous rejoint. Je descends à Ax pour plein et courses. Les jeunes : Seb, Elo et Ju descendent au Mounégou pour se faire une brave séance "d'arruntage", comme aurait dit le regretté Albert Hernandez, et remonter une grosse partie des "déchets" du pompage de l'an passé.

Jo va déséquiper seul la petite Maure. Avec Stoche, François, Jean-Luc descente à la Stèle. Fin de la levée de la topo jusqu'au nouveau fond avec Stoche.

Comme l'on a sous la main deux pros du bâtiment : un menuisier et un restaurateurs de bâtisses en pierres, leur avis est précieux... Ces empilements leurs semblent stables et ne pas nécessiter d'étayage ! Une bonne chose de prise... pour le moral ! Je descends donc sous "l'immeuble" : un ressaut de 3m donne sur une zone de nouveau instable, sans doute travaillable côté gauche entre deux parois. Comme le sous tirage le plus à l'Ouest nous semble plus sympathique, nous y travaillons. Belles perspectives et ventilation sous une voûte saine. A poursuivre....absolument ! Alternances géologiques impressionnantes avec présence de très belle "olivine". TPST : 5H. 

Grand beau et chaud au col. Jean-Luc s'en va et pense aller voir le trou du Chandelier, qui avec cette canicule doit bien souffler. Arrêt avec Stoche à la doline du col, qui souffle bien. Report de la topo sur son ordi au camping. Résultat: 80m de développement pour -20, avec de très bonnes perspectives !


Les jeunes ont remonté 10 kits... à 3 ! et poussé le tuyau de 25m jusqu'en bas du P30. Les absents... qui devaient venir peuvent leur tirer le chapeau !!! Ils ont aussi remonté les fluo-capteurs posés en Juillet. TPST dans le Mounégou : 8H.
- Samedi : départ un peu bousculé du camp avec toute l'équipe de base : François, Ju, Jo, Stoche, Seb, Elo....car deux journalistes de la Dépêche Ariège nous ont donné rancard à 9H30 au col. L'on s'équipe, comme si....et l'on va faire une séance interview-vidéo devant le Mounégou...

Show-biz coco, mais avec des paroles intelligentes pour le grand public, qui en a bien besoin en ce moment ! Ensuite, relevé topo du trou du Bélier avec Stoche : 1H30, 13 visées. Qui révéleront là aussi : -20. Mais surtout une info de taille : Après les crues de fonte, le trou a dû bien couler, mais le sol du boyau terminal est tout propre (écoulement...), et les blocs du fond n'ont fait trempette que sur quelques centimètres! Preuve indiscutable de plus de l'intérêt majeur de ce trou. Il doit bien il y avoir une vidange sous et derrière le bouchon terminal. Je trouve la faille amont Sud bien ventilée. Remontée d'une barre à mine qui devait rouiller là depuis au moins 12 ans... Le reste de l'équipe est allée voir le départ indiqué par Mr Sanche. Mais il ne leur a pas semblé intéressant. On les rejoint alors qu'ils ont attaqué bravement le trou de la doline. L'éclateur de François fait des merveilles.
 Et vue l'emplacement pas vraiment discret, l'on attise la curiosité sympathique d'un gars qui était là avec son camping car... et de deux très jolies touristes et un autre gars du 66... dans le trou il y a aussi de belles choses:de la calcite massive à profusion. Pour l'instant pas de vide visible, même si le pieds de biche s'enfonce en totalité par un passage. Un chantier pour l'an prochain ? Le PF2.
Repas du soir au resto du camping...
et pour les plus en forme fiesta avec les participants de la fête d'Ascou, malgré... la très mauvaise musique !

- Dimanche: Un peu zombies quand même après la fiesta et une semaine très riche, pliage tranquille du camp. Stoche part pour En-Gorner, et je lève l'ancre vers les 10h30. Avec l'intention d'aller revoir le FA1 ou trou du Causse au Sud de résurgence Font d'Argent. Je ne le retrouve pas et une chaleur abominable me chasse vite... Par contre, net léger souffle dans la conduite juste à droite du captage. Elle ne semble pas pénétrable, et je serais très étonné qu’elle ait été vue jusqu’au bout ! De la prospection à faire au dessus quand il fera plus frais...




Bilan plus que positif, au vue de l'ingratitude de ce fabuleux massif ariégeois... qui a les pieds dans l'Aude... Dans l'arrière saison, programmer absolument la poursuite de la Stèle...


[Fin du CR d'Henri. Je ramènerai quelques images à la prochaine réunion club, et il y a quelques "dossiers". La chance sourit à ceux qui creusent. Seb]

dimanche 28 août 2016

Font Froide et Coupiat : pas d'air mais de l'eau !

Samedi 27 août 2016
Résurgences de Font Froide et de Coupiat (La Caunette)
Participants : Dominique, Sophie, Denis

Rectificatif : La galerie visitée samedi dernier (post du 21/08) était la résurgence de Coupiat et non de Font Froide qui est environ 200m en aval. Grâce aux infos d'Henri Morestin et Olivier Brieu (club de Cesseras), on a pu cette fois voir les deux. Objectif : pister l'air qui viendrait du fond de la Courounelle.

Font Froide 
Cachée derrière un énorme bloc qui divise le canyon. Coule malgré les captages. Elle est bien fraîche... Le plafond est bas,  c'est une diaclase remplie d'eau de 8m de long qui s'arrête sur un puits de 1m de diamètre plongeant sur au moins 6m (comme tu avais dit Daniel). Là, pas d'air, juste 2 crapauds.
TPST: 30mn
Résurgence de Font Froide

Bout de la diaclase, les tuyaux plongent

Le puits

Vers l'entrée


Coupiat
Armés de combis néoprènes et du croquis d'explo de Brieu, on espère dépasser l'étroiture "Serrure dans l'eau " vue samedi dernier.
Le laminoir sec nous met en surchauffe, on refroidit dans la 1ère salle où on repère de beaux fossiles : des Alvéolines selon le topo d'Yves Besset.
Laminoir d'entrée

Salle aux fossiles

Alvéolines ?

Ensuite, c'est la mise à l'eau sur 10m : le plafond est vite bas, à 12 cm de l'eau sur 2 ou 3 m... (il faut enlever le casque) c'est un peu mieux ensuite . Quelques grincements de dents et hésitations, mais tout le monde passe. Une 2è vasque prolonge le bain, puis on remonte sur un plancher sec érodé avec étroiture. Une petite salle permet enfin de s'asseoir.  La faille du "trou de serrure dans l'eau" est en vue.
Mise à l'eau


Mais si, ça passe !

T'es sûr ?

video


Denis, je te déteste !

Sophie s'arrêtera là, sa combi de 2mm est trop fine, elle est gelée. Je la raccompagne, puis j'attaque le "trou de serrure". Avec la grosse combi, ça passe juste. Puis suit une autre étroiture montante, qui ne plait pas du tout à Dom. Il préfère m'attendre là et explorer un diverticule à droite, rapidement trop étroit et sans air.

Dom à l’égouttage

Faille juste avant le "Trou de serrure"

Je continue et arrive aux "Marmites de géant" magnifiquement calcitées. Quelques mètres debout !
Puis la galerie devient à la fois diaclase et laminoir. Après 2 coudes, la galerie passe à mi-hauteur de la diaclase : 4m +bas, il y a de l'eau qui siphone, et 5m +haut, c'est trop étroit. La galerie médiane butte alors sur un bouchon de limon (qu'est-ce qu'il fait là ?). On voit encore des traces de désob de 2005 (?), peut-être que la mise en charge ne monte pas jusque là. Aucune trace d'air dans la galerie.
Calcite érodée

Marmites de géant
Une diaclase laminoir (comment ça s'appelle ?)

Retour sans histoire. La galerie est courte (environ 200m) mais éprouvante du fait de l'eau froide et des étroitures continues. Sensations garanties...
TPST : 3h15

Revue de presse : camp Mounégou 2016

Le camp Mounégou 2016 s'achève. En attendant un premier compte-rendu (@Henri, je t'envoie des photos ce soir), voici d'ores-et-déjà quelques liens pour patienter : article Le Parisien   vidéo La Dépêche

mardi 23 août 2016

Iron man spéléo en prévision dans l'Aude

Mardi 23 Août 2016
Solo à Vignevieille
TPST : 1h

Sortie rapide de surveillance des niveaux d'eau dans la zone d'entrée du réseau de Vignevieille, en prévision de l'arrière-saison.
Montée sur la falaise sous la chaleur écrasante et contraste thermique violent dès le palier 10m sous l'entrée. Comme prévu le courant d'air sortant du trou est colossal pour un karst de basse montagne.

video
 Ce n'est pas la brise extérieure (inexistante) qui fait bouger les buis mais bien le courant d'air sortant de la porte...

creusements dans la galerie d'entrée
 Descente jusqu'à -30 pour constater que le niveau d'eau est 3m plus bas que la normale pour un mois d'Août.

Le cable habituellement au ras de l'eau est suspendu dans le vide

Le niveau du siphon temporaire est à son deuxième plus bas niveau constaté en 27 ans. Le record date de Décembre 2008 où il était alors entièrement à sec. Mais nous ne sommes qu'en Août et avons donc de l'avance sur 2008...

Ce qu'il reste du siphon temporaire : une vasque de 15m de long pour environ 1m de fond; 1/4 de son volume habituel pour la saison

En considérant que l'assèchement total de ce siphon avait correspondu en 2008 avec le désamorçage de voûte de l'ex siphon terminal à plusieurs kilomètres à l'intérieur du massif  (nous livrant alors la dernière grosse exploration de pointe de ce système), on peut raisonnablement considérer qu'à partir du mois d'Octobre une nouvelle explo de pointe sera d'actualité cette année en l'absence d'alertes météo bien sûr.

Je propose d'ores et déjà le WE du 15 et 16 Octobre (une semaine après le barnum SSF), ainsi que le WE suivant (22 et 23) en remplacement en cas de météo douteuse, pour organiser cette explo où l'on rentrera le samedi pour sortir le dimanche.

Au programme : de l'engagement physique total, un moral en béton obligatoire, un peu d'apnée probable, et derrière; de la première...La galerie explorée en 2008 dans le marbre dévonien s'arrête sur...rien avec du courant d'air...ou plutôt sur un cairn matérialisant la limite de l'inexploré. La topo devra bien sûr être faite dans la foulée, ce qui devrait être plus facile avec le DistoX.
Les quelques grands malades intéressés par cette épreuve (qui de surcroit ne comptera pas pour la coupe du monde de spéléo) peuvent dès à présent réserver ces dates sur leur agenda.

lundi 22 août 2016

Visite de Pousselières

Dimanche 21 août 2016
Grotte de Pousselières (34)
Participants : Gérard Roque (SC Béziers), Dominique, Jean-Luc, Julie, Laurent, Henri, Jackie, Sophie, Denis




















Depuis quelques temps, Gérard de Béziers m'avait promis une visite de Pousselières, célèbre pour ses aragonites en "araignées" et autres excentriques. Nous nous retrouvons à 10h à Saint-Chinian. Entrée dans la grotte vers 11h. D'emblée Gérard donne le ton : anecdotes croustillantes et rigolade. Il faut dire qu'il a affaire à des connaisseurs en matière de "parcours à 18 trous", empilement de murettes et autres tractions de blocs, le tout sur 60m de dénivelée labyrinthiques... On est quand même impressionnés par la persévérance des ouvreurs qui ne suivaient même pas de courant d'air, pendant plusieurs années. De quoi remotiver certains...

Descente sportive donc, puis étroiture, parcours en hauteur dans une faille, la salle des Araignées se mérite. Pique-nique, salle du Téléphone, encore des aragonites, une draperie parfaite, des gours concrétionnés. Visite de l'amont avec un joli petit actif. Puis descente aux Choux-fleurs avant le retour. Bon, voyez plutôt :

A g.: Gérard, Dom, Sophie, Jackie, Julie, Laurent, Jean-Luc et Henri 

"Araignée" qui descend du plafond ; il y en a une 2è plus petite dans la salle (seules au monde ?)

Julie, je t'ai eue !

Fistuleuses et aciculaires

Dom en action





Couple présidentiel

Sous les Choux-fleurs





Conclusion : un grand merci à Gérard.
TPST : 5h