jeudi 28 février 2013

Cou(i)llonade à l’Hospitalet

 

Aven de l’Hospitalet, Gruissan

Michel, Guillaume, Claire, Jean Marie et François, Jo

TPST : 6 heures

Froid et vent polaire sur le parking de l’Hospitalet. Michel nous a organisé cette sortie pour la visite du réseau concrétionné post siphon. En effet, exceptionnellement, le siphon 1 a été pompé et permet l’accès à la suite.

2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (8)

Tourisme, pas de perfo, de massette etc. L’impression de partir à poil. Ca ne dure pas : François et Jo déchargent une quantité impressionnante de kits vides et nous les distribuent … pour dépolluer et remonter des détritus !

2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (3)   2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (6)   2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (7)

Passage du siphon : à coté de cette flaque, Sévéso c’est de l’eau bénite ! Il doit y avoir tellement de chimie que les déchets organiques ne se décomposent pas. Il n’y a même pas d’odeur. Claire hésite à se vautrer dans la soupe mais Michel trouve les mots qui la décident.

2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (42)   2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (43)

Derrière : belle galerie horizontale qui nous amène au dessus du P40 terminal.

2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (32)   2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (36)   2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (37)

Nous descendons. Michel et Guillaume perchés sur une petite vire sondent avec une buse métallique abandonnée : 3 mètres ?

2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (19)   2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (15)   2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (23)

Michel nous avait appâtés avec la promesse d’un plateau de fruits de mer, il n’avait pas précisé l’âge des coquilles :

2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (24)  2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (29)   2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (25)

Retour et visite du réseau concrétionné : extraordinaire. Même l’Embuc ne peut s’y mesurer. Protégé par le siphon le réseau est intact. Seul problème : mon appareil photo rend l’âme !

Remontée avec des concrétions plein les yeux et des déchets plein les kits.

2013 02 24 Aven de l'Hospitalet (41)

Trou de la Dent… Ca s’enkyste


Vendredi 15 Février 2013
Trou de la Dent ; Trassanel
Jean Claude, Jean Marie  TPST 6 heures

Pose d’un ARVA au fond de la faille ébouleuse et détection à l’entrée de la salle des Diamants ou on avait senti un net courant d’air lors de notre dernière visite. L’ARVA pointe 7 mètres et la direction correspond à nos prévisions. Je teste l’ARVA à partir d’autres points mais la distance ne sera jamais inférieure. La faille en question correspond bien à l’éboulis qui précède la salle. Nous attaquons la désob. Avant de sortir manger JClaude s’occupe du dernier tir et de ce temps je vais au fond du trou de la Soufrière. Aucun courant d’air n’y est perceptible. Le CO testeur reste sur 0. Voilà au moins un bon point l: es gaz ne partent pas vers cet aven. Je craignais un tube à vent. Cette hypothèse est éliminée de façon certaine. Vu la rapidité d’évacuation des gaz au fond de la failla il y a bien une suite.
L’après midi est moins productif, Christiane ayant fait ce qu’il fallait pour nous rendre somnolents. Je pensais suivre une faille plus ou moins dégagée, il n’en est rien. C’est ma pire désob : des blocs de schistes plongés dans la terre et calcités par dessus. On n’avance pas. En plus il n’y a pas d’air et le fumigène que je pose au fond de la faille pour nous guider meurt après avoir craché une petite bouffée bleuâtre. Aucune fissurette, même de 1x5cm ! Peut être 2 trous infracentimétriques de section ovale qui soufflent parfois de façon intermittente sur un rythme aléatoire. Nous passons cependant sous une énorme dalle et y travaillons un moment avant de voir qu’un tir l’a fissurée et qu’elle ne va pas tarder à nous aplatir. Nous passons la fin de l’ap-midi à la détruire.
gfntjntr
 sous le bras gauche de JClaude : la dalle qui a essayé de nous aplatir
Pas très folichon comme séance. Nous reviendrons avec de bons fumigènes un jour de courant d’air.

dimanche 24 février 2013

PHOTOS.....
Sur la sortie a la "grotte des jeunes".....et vous l'aurez compris....pas des photos de....jeunes!!!
Ils galérent moins que moi sur leur ordi!!!

samedi 23 février 2013

JEUDI 21 FÉVRIER 2013:

Grotte des jeunes a Malabrac.
Une très belle Classique....a l'entrée difficile a localiser.
J'entraîne dans l'aventure :Jean Jacques de Bugarach,Marco de Serres et Dominique de St Louis.
Une belle équipe,ou seule Dominique a de l'expérience....mais une expérience qui date...de il y a plus de 20 ans...!
J'en profite pour finir de bien reéquiper le P25 (1 spit en rebord de surplomb).
Et chapeau bas a mes compagnons,qui n'ont peur ni des passages techniques,ni de l'impressionnant vide du dernier tronçon!
Visite de l'aval que je ne connaissait pas,ou en farfouillant, l'on s'arrête sur une étroiture gadouilleuse.
Et après,le fantastique "amont",ou plutôt la grande galerie...ou tout le monde en prend plein le vue...Ce qui m'étonne le plus ici,a une relative faible profondeur,c'est la présence de volumes aussi majestueux (cabrespiniens),alors que le réseau sous ce chaînon du Roc Paradet,doit ce trouver a une bien plus grande profondeur (Voir le Chtulhu...)
A la remontée,Dominique décide....d'arrêter les clopes...Marco m'impressionne par son calme et Jean Jacques ne ce sent pas encore prèt pour déséquiper.Mais tous sont emballés....

TPST: 5H30

Pas de photos pour l'instant....Jean Jacques n'arrivant pas a enregistrer les très belles qu'il a pris...
L'on reviendra sur le secteur,riche en beaux trous grandioses et un peu techniques ( Aven du Roc Paradet,Grotte Chincholes,Aven de la Vache...)

mardi 19 février 2013

Complément d'infos Nitable


Tellement à gamberger sur les résultats du traçage que j'en ai oublié de poser le contexte de celui-ci avec des cartes. Erreur réparée

Pour résumer;  fluorimètre 1 : source du Liadou (T°=11,2°C, débit = 100 l/sec environ)
                        fluorimètre 2 : source captée de Caune Pont (T°=14,7°C, débit = 25 l/sec environ)
                        fluorimètre 3 : source du GR36 (T°=12,5°C, débit = 10 l/sec environ)
                        fluorimètre 4 : source annexe 2 du Liadou (T°=12,5°C, débit = 8 l/sec environ)

                        Débit perte injection sulfo : 5 l/sec
                        Débit perte injection fluo : 35 à 40 l/sec





lundi 18 février 2013

Roc de Nitable : les résultats


Au départ, trois sources ont donc été surveillées après les injections qui ont eu lieu à 18h d'écart pour 800m de distance. Deux sources dans la vallée du Sou : Le Liadou et la source de Caune Pont captée pour le village, plus une source proche des injections en bas du canyon de Caulière (la source du GR36 qui se révèlera indépendante du système).
Une quatrième source sera à son tour suivie à proximité immédiate du Liadou, après que nous nous soyons aperçus qu'il ne s'agissait pas d'un sous-écoulement de celle-ci mais bien de l'exutoire d'un aquifère intermédiaire entre celui du Liadou et celui de la source captée.
Les résultats ont donc été à la hauteur de l'investissement puisque pas moins de trois circulations d'eau distinctes et néanmoins interconnectées par endroit ont été mises en évidence entre les deux vallées.
- La première est très rapide puisqu'il n'a fallu que 14 heures à la rhodamine pour traverser le roc de Nitable et ressortir massivement à la source du Liadou à Termes. C'est ici un important réseau souterrain, potentiellement pénétrable par l'homme, dont l'existence vient d'être révélée. Nul doute que la découverte de celui-ci motivera les explorateurs du département dans les prochaines années.
- La seconde circulation s'effectue non loin de la première mais dans un compartiment plus profond, situé à environ 150m sous l'horizon noyé de la montagne (l'horizon noyé se situe généralement à l'altitude des vallées principales, ici celle du Sou). Cette circulation est aussi plus lente, il aura fallu plus de trois jours aux colorants pour la parcourir.
- Enfin la troisième circulation intéresse directement les habitants de Termes puisqu'elle aboutit à la source captée pour l'alimentation en eau potable du village. Il a été mis en évidence que l'eau transitait à assez grande profondeur (400 à 500m) sous le niveau de la vallée, et que les réserves étaient probablement énormes. Les colorants, extrêmement dilués, n'ont commencé à apparaitre ici qu'au bout de 6 jours.
En outre, grâce à l'opération, le bassin versant de cette source captée a pu être clairement défini. Ainsi, cette ressource naturelle pourra être mieux protégée d'éventuelles pollutions à l'avenir. Une application concrète de la science.
 Le rapport final promet d'être très dense car le massif s'avère fascinant de complexité; réseaux spéléo et hydrothermalisme cohabitent. Quelques images pour illuster...
Le pic de sulfo, très massif, correspond sans doute à un transit rapide dans un drain karstique activé par les hautes eaux mais sec en été. Sa découverte sera l'enjeu des futures explorations sous le massif.
La fluoresceine est beaucoup plus diluée. Cette dilution a forcément lieu dans une zone noyée temporaire mais à drainage rapide entre la perte amont et la perte aval.

Restitution de sulfo dans la source annexe 2 du Liadou avec un décalage de plus de 40h avec la source principale. L'eau se mélange dans le Sou. Au même moment au Liadou (distance = 100m), la restitution de fluo est terminée

Début de restitution nocturne de fluo au Liadou. Malgré la dilution et un débit raisonnable (100 l/sec), le transit a été très rapide, proche de 140 m/h !

Mesures de débit au courantomètre

Surveillance de la source du GR36 en bas du canyon de Caulière. Ambiance humide...

dimanche 17 février 2013

Samedi 15 Février Photo vidéo sans photo ni vidéo

GROTTE DE VARENNES

Participants : Olivier COQUELET - Daniel CONSTANS - Jean-Michel ESCANDE - Isabelle MAD - Véronique RIEUSSEC - Alain FAURE - Alain MALRIC
Marie GUERARD et Christian GIRAUD pour le SCM
TPST : 4 h
Rédacteur fiche : Alain Faure

Nous entrons dans Varennes vers 14 h 30 avec nos 2 accompagnateurs du SCM.
Notre but est bien sûr de réaliser un film sur Varennes (et des photos pour Olivier) mais mes souvenirs de la cavité datant des années 70, j'ai donc préféré avant de se déplacer avec nos batteries et phares aller en repérage. Quel bonheur sans notre matériel!
Visite donc du réseau d'entrée, galerie des gours, réseau Bennes jusqu'au panneau "chauves-souris" puis le réseau Varennes. passage d'une première chatière étroite et très humide, opposition puis re-chatière et on pénètre dans le 1 bis. On franchit le passage du câble et stoppons un peu plus loin, ça devient trop profond (en terme de flotte).
Retour donc et sortie tranquille en repérant au mieux tous les passages heureusement facilités par quelques balisages réfléchissantes.
Il va quand même falloir plusieurs sorties pour filmer tout ça et dans des conditions pas toujours terribles, mais la cavité mérite d'être immortalisée en images comme bien d'autres du Minervois.

Les Cazals
















bonjour a toutes et tous voici quelques photos de ce dimanche passé aux cazals avec la visite surprise de papy bonne semaine a tous

Session de rattrapage


 Après le GRIMP, voici la BRIK, la brigade d'intervention karstique...
Petit résumé des sorties précédentes, en attendant la décrue dans les Hautes Corbières :

Jeudi 14 Février
Etienne, Henri et moi partons prêter main forte à leur demande au GEK, club catalan aux prises avec une cavité verticale dont ils n'ont pas l'habitude sur le secteur de Paziols.
La cavité est accueillante, il y a un petit courant d'air et la désob a été effectuée jusqu'au sommet d'un  puits que nous nous empressons d'équiper et de descendre. Arrivée dans un joli volume avec de belles formes de creusement. Explo dans toutes les directions, la suite la plus intéressante est vers le bas et on se retrouve devant une chatière verticale à ouvrir. Mais au dessus de nos têtes un bloc de 3m3 tient sur un becquet d'à peine 1cm. Il tient lui même plusieurs blocs empilés plus gros que lui par dessus. Donc chantier difficile en prévision pour le GEK !
A noter que la cavité semble s'être mise en charge sur plus de 20m lors d'une crue exceptionnelle (1999 ?). Aujourd'hui par contre le trou est propre et nettoyé, le bouchon aurait-il fini par céder ?

A la sortie je découvre un départ de trou dans les buissons à 20m de l'entrée. Après une rapide désob je m'aperçois que l'air aspiré dans la cavité que nous venons d'explorer ressort par ce nouveau trou.
L'intérêt devient donc limité...

Vendredi 15 Février
Journée gymnastique de neurones puisque nous nous retrouvons avec Hélène et Fabien pour faire des mesures de débit à la Fluoresceine sur l'Argent-Double. Nous en profitons pour extraire les dernières données du dernier fluorimètre placé à Termes (petite synthèse des résultats de ce traçage très bientôt c'est promis), et se prendre la tête au passage sur les travers de ces appareils. Pour plus d'infos voir l'article de Fabien avec sa verve inimitable sur le blog voisin.

Samedi 16 Février
On change encore de registre. A la demande de Jean du SCSRC, je pars sur le karst littoral pour filer un coup de main à mes potes dans le cadre d'une expérience peu banale.
Il s'agit de découvrir une jonction entre deux cavités (pour permettre de travailler dans la suite de la principale) en utilisant la ventilation artificielle.
Cette jonction donnerait accès directement au siphon 2 de l'aven du Dolmen qui deviendrait ainsi pompable. Le trou du Roncier tout proche mais avec un gros bouchon de remplissage au fond a donc été calibré, busé, et un gros ventilateur a été placé sur la buse, lui même raccordé à un groupe electrogène. L'expérience démarre et on s'aperçoit bien vite que le trou ne se met pas en pression, il y a donc une suite...
Commence alors un long scrutage du bouchon avec des cônes d'encens pour Jean et moi prisonniers derrière le ventilo (une autre équipe de deux personnes est restée en surface). Après un moment de désespoir, je trouve le point faible : il s'agit d'une fissure improbable d'un cm de large sur 5 de long en plein dans la terre. Elle absorbe tout l'encens à bonne distance. On commande alors d'arrêter le ventilo, et l'air s'arrête totalement et instantanément. La suite redevient indétectable...
Cette technique me surprend en bien, elle est indubitablement efficace sur ce type de karst de plateau à forte zone noyée.

On ressort donc tout contents. Reste la deuxième partie de la mission, retrouver où ressort cet air dans le Dolmen. Nous replongeons rapidement.
Le Dolmen, que je ne connaissais pas, est une des plus jolies cavités de ce massif. Il s'agit d'un paléo-collecteur de 250m de long, de belles dimensions, avec une pente modérée et longeant un banc de marnes au sol. Nul doute que le siphon 2 est suspendu et que derrière la cavité se poursuit. Je comprends mieux pourquoi Jeannot s'acharne...
Après s'être intégralement trempés dans le siphon 1, devenu voûte (très) mouillante, nous montons dans un réseau supérieur concrétionné (mais si, mais si, c'est possible...). Ici, moins de difficultés qu'au Roncier, on retrouve rapidement dans une fissure le courant d'air amorcé depuis la surface (pourtant nous sommes à -50). C'est gagné, après calculs il y aurait une quinzaine de mètres de lacune entre les deux points. Dehors, tout est déjà prévu pour la future désob, même un treuil electrique pour remonter les gamattes !
Un chantier donc à suivre dans les prochaines semaines quand l'équipe aura pu réatteindre le siphon.
Seul regret, je n'avais pas pris l'appareil photo. Je comblerais cette lacune la prochaine fois.

jeudi 14 février 2013

Topo de l’Aven des Oliviers

 

Le plan est juste. La coupe développée a un lointain rapport avec la réalité du fait qu’elle est … développée : les salles Jean Mi, le 1° étage et le réseau principal se superposent à quelques degrés près.

 

Aven des Oliviers Coupe  

Aven des Oliviers Plan

Du côté de l'Argent-double


Prospection à la demi journée Lundi 11 et Mardi 12 avec Stoche et Masdan. Nous avons revu plusieurs trou qu'avait attaqué Daniel. Au passage ils me montrent le trou de l’abreuvoir et celui du grillage, non loin l'un de l'autre. Les deux soufflent fort et dans le même sens bien sûr (voir vidéo faite par Daniel ou je m'amuse avec mon bonnet dans le zef).

video


Mercredi 13 Stoche me fait voir la grotte de Citou bizarrement à sec malgré les hautes eau de l'Argent double. Nous irons voir aussi au dessus deux trous soufflant bien fort et chaud 12,2 et 12,9°C avec 3,8°C à l’extérieur. De l'autre côté du massif (environ 600 m à l'ouest) nous avons revu un trou avec une bonne aspiration. La désob est en cours !   

mercredi 13 février 2013

Match retour : Trou des Oliviers 1 / SCA 0

Samedi 09 Février 2013

Aven des Oliviers  Cabrespine

Dominique, Sylvain, Jean Marie

Entrée à 10 heures. Alors que l’an dernier 3 séance de désob nous avaient livré une belle première, cette année l’Aven se défend obstinément. Dominique s’initie aux joies des rampings successifs. Dans les Alpes il était plus habitué aux grands puits qu’aux chatières. Qui plus est sous trémie. Il découvre incrédule, la notion de « il ne faut pas toucher à ce bloc ; on ne sait pas s’il tient ». Le trou souffle mais très peu par rapport à la même période l’an dernier. Avec les pluies de ces derniers jours un siphon a du siphonner.

Nous arrivons au 1° étage. Sylvain s’enquille dans les suites possibles repérées avec Etienne :Un bouclage avec le bas du 2° étage et deux descentes quelques mètres au dessus du lac (qui n’a jamais eu un niveau aussi élevé). Pas de courant d’air. Aucune suite envisagée.

2013 02 09 Aven des Oliviers (3)

2013 02 09 Aven des Oliviers (1)    

Mystérieux éclairs lumineux depuis que Sylvain se promène avec des tiges de Titane

 

Nous nous baladons au 2° étage. Sylvain installe une corde pour démarrer la montée qui est assez délicate (attention frottements : ce n’est qu’une corde d’aide à la grimpette, pas de progression). Quelques photos dans les salles « Jean Michel ». Pas de courant d’air détecté.

      2013 02 09 Aven des Oliviers (11)  

2013 02 09 Aven des Oliviers (12)  2013 02 09 Aven des Oliviers (8)  2013 02 09 Aven des Oliviers (7)

Pendant de temps Dominique commence à rééquiper le puits d’accès au 1° étage (il faudra changer les mousquetons par des maillons et remettre une dev).

Nous repartons bredouilles. Sylvain récupère une antique barre à mine (années 1970 ?).

2013 02 09 Aven des Oliviers (16)

Traversera t-elle le fond du kit ? Comment se passera la remontée du puits d’entrée : en brochette ou empalés ? Finalement ce qui devait arriver… n’arrivera pas (pour cette fois) et nous ressortons indemnes vers 18 heures.

Conclusion : à revoir par fort courant d’air (en été ?) et compter sur la chance pour trouver la suite. Maintenant l’accès aux salles est sécurisé et facile. Visites classiques possibles.

Invitation Patrimoine Cabardès - Soirée spéléo Limousis

pour info